L'évolution démographique

              Les premières traces de recensement de la population du village remonte en l'an 1744. L'accroissement de la population est assez régulier. Le XIX siècle dénombre le plus d'habitants, avec un chiffre record de 674 habitants en 1851. A partir des années 1870, on passe sous la barre des 600 habitants, qui n'a d'ailleurs depuis plus été franchie.

           La première Guerre Mondiale a été la cause d'une très nette diminution en début de siècle. Après la guerre, il y a moins de 400 habitants alors qu'en 1910, il y en avait encore plus de 450. Mais l'accroissement ne tarde pas à redémarrer. En cinq ans (1921-1926), la population augmente de 36 personnes. On constate la même régression lors de la seconde Guerre Mondiale, avec 53 personnes en moins sur quatre années, ce qui est déjà un chiffre assez conséquent. Depuis les années 1980, la population ne cesse d'augmenter. En effet, la construction d'un nouveau lotissement a inversé la tendance et a fait grimper les chiffres de façon spectaculaire: en 9 ans, il y a eu 125 personnes en plus. Le recensement effectué en début d'année annonçait le chiffre de 550 habitants, et ce chiffre sera encore à la hausse les prochaines années, car la vente de nouvelles parcelles de construction est en cours. Uttenheim est donc un village qui n'a jamais vraiment connu l'exode rural.

           En 1861, un recensement plus détaillé nous montre qu'il y avait 193 garçons, 193 filles, 90 couples, 19 veufs et 20 veuves, soit un total de 605 habitants. Un siècle plus tard, la population a baissé de 200 personnes. Cette baisse peut être expliquée par une diminution de la population se livrant à des activités du domaine secondaire ou tertiaire se rapprochant des grandes villes. Plus insolite encore, j'ai trouvé aux archives départementales de Strasbourg, un recensement très particulier. Parmi ce que j'ai pu déchiffrer, on pouvait trouver à Uttenheim, en 1890, 16 couples d'agriculteurs, 1 forgeron, 1 maçon, 64 chevaux, 56 vaches et deux constructions en cours dans le village.

                                                                              Marie NOLD